Bienvenue sur le site de

NEUROSUP PRO

Formation de Neurolearning ©, dédiée aux formateurs et aux Organismes de Formation.


NEUROLEARNING © ?


Dans le numéro 923 de la revue INFFO FORMATION (publiée par CENTRE INFFO, organisme sous Tutelle du Ministère du Travail) fait sa UNE sur le Neurolearning et en donne une définition :

 

« Neurolearning © ? Ce domaine d’application des neurosciences à l’univers du management et de la formation pour adulte décrit, d’une part, la façon dont notre cerveau apprend, et d’autre part, la façon dont on peut améliorer l’apprentissage par la connaissance du fonctionnement neuronal ».


             DE QUOI PARLE NEUROSUP PRO ?


De l'oubli par les stagiaires du contenu des formations dispensées.

 

• Et ceci dès le premier jour de la formation. Comme le précise le magazine précédent, édité par le Ministère du Travail, les avancées en neurosciences ont permis d'identifier comment, pourquoi, et à quels moments, le cerveau oublie lors d'une formation (professionnelle ou éducative), avec une grande célérité. Sans que le stagiaire ou le formateur ne s'en rende compte ni ne s'en méfie, selon qu'il soit au courant ou non.

 

Dans l'optique de "rentabiliser" (le mot n'est plus tabou) les subventions accordées, la première mesure est d'avoir mis en place la charte de qualité Qualiopi. Ceci ne règle pas encore bien entendu le problème de l'oubli qui fait partie des pistes à travailler pour encore améliorer cette "rentabilisation".

 

Ainsi, la nouvelle question légitimement posée par les décideurs est :

à quoi sert une formation subventionnée si elle n'est pas durablement retenue (ou mal) ?


POUR LES FORMATEURS, QUEL EST L'INTERET DE NEUROSUP PRO ?


NEUROSUP PRO permet aux formateurs d'éviter que "les pièges à oublis" les plus fréquents fassent partie de leur palette pédagogique habituelle (quelle que soit leur spécialité, car tous les cerveaux obéissent aux mêmes grandes lignes).

 

+

La composition de NEUROSUP PRO correspond aux attentes les plus fréquentes chez les formateurs quand ils viennent en "complément de formation" :

 

• qu'on ne leur apprenne pas leur métier.

• que les situations décrites soient bien conformes à leur réalité professionnelle.

• que les parades/astuces soient directement utilisables dans le quotidien (dès le lendemain de la formation + sans budget nécessaire).

• que la formation suivie soit dépourvue de sentiment d'ennui au fil des heures.


POUR LES ORGANISMES DE FORMATION, QUEL EST L'INTERET DE NEUROSUP PRO ?


1. En bénéficiant de la formation NEUROSUP PRO, les Organismes de Formation peuvent souligner à leurs clients que les formateurs qu'ils emploient disposent d'une plus-value par rapport à la concurrence...

 

N.B. car bien que productive et possédant déjà environ 20 années de recul (rapport de l'OCDE datant de 2007, ci-contre - à télécharger), la prise en compte de données scientifiques concernant le processus d'apprentissage du cerveau est encore mal connue de la plupart des entreprises et de la population ... ce qui donnera quelques années d'avance sur les concurrents qui vont tarder à réagir.

Comprendre Le Cerveau 2007 OCDE 2
PDF – 3,1 MB 79 téléchargements

2. Les Organismes de Formation se rapprochent ainsi des plus grandes entreprises françaises qui utilisent déjà ces connaissances.

 

Ci-contre, voici les noms des principales (auxquelles on peut rajouter "Bureau Véritas" ou "Crédit Agricole Université").

 

 

 

 

Et en bonus :  la vidéo explicite de l'une d'entre elles, intitulée Danone Academy).


3. Il est toujours bon de préciser aux clients que l'argent demandé par un Organisme de Formation pour avoir la chance de rencontrer des formateurs qui tiennent compte de cela, constitue alors un très bon choix "bénéfice/coût", qu'il est en quelque sorte "rentabilisé" (ou "bien placé" pour reprendre un vocabulaire boursier), puisqu'il augmente la probabilité d'enregistrement des informations par les stagiaires, à la fois dans le temps et dans leur exactitude.


4. Pour finir, signalons que l'engagement des "Major Companies" entraîne une confiance et un raisonnement, qui servent d'argument :

 

- auprès des personnels chargés de convaincre la Direction de l'opportunité de bénéficier de cette formation.

- auprès des clients.

 

Car il est aisé d'en déduire et de formuler que :

si ces entreprises (à l'énorme chiffre d'affaires et à la forte notoriété) investissent dans ce champ d'action, le risque de se tromper pour une entreprise plus modeste en faisant de même, est évidemment très réduit ... 

 

CQFD.


Tous convaincus ?


Non, on estime à 25% de la population salariée française,

le nombre de personnes qui restent "incrédules" quant à la plus-value de l'éclairage neuroscientifique dans leur travail.


50% de la population salariée française déclare ne demander qu'à être convaincue,

du moment qu'on ne fait pas dire aux neurosciences, n'importe quoi et que rien n'est "prescriptif".

Comme aime à le rappeler le grand pédagogue Philippe Meirieu : "comme tu le dis, il est important de savoir comment la voiture fonctionne, mais il faut aussi que le conducteur ait un projet".

 

En décembre 2020, invités par France-Info à Paris, Philippe et moi avons pu mener le débat (en direct) ci-dessus, ô combien réjouissant. Grand honneur souvenir personnel ému pour moi (il le sait).


Enfin, 25% de la population salariée française est enthousiaste à l'avance,

même si cet élan est bien supérieur dans de nombreux autres pays (Finlande, Corée du Sud, Russie, Québec, etc.).


Pourquoi mentionner ce dernier point sur ce site ?


1. Eh bien, parce que chaque année, le Ministère de l'Education Russe organise les "Olympiades Panrusses", dont le but avoué est de détecter les étudiants de 17-18 ans vivant sur son territoire, (quelle que soit leur nationalité), qui sont les plus avancés de leur âge dans les domaines de l'abstraction, de la polyvalence et de l'adaptabilité aux changements.

2. Il s'agit donc d'un examen d'élite, accompagné d'un accès facilité aux meilleures études supérieures Russes, quelle que soit l'origine sociale des heureux élus.

 

Or, par le plus grand des hasards, j'ai pu constater que parmi les tests qui figuraient aux épreuves de compréhension orale de la langue française (niveau B2-B2+), en janvier 2021, avaient été choisis des extraits de mon passage TEDX de 2014 ...

3. Choix qui est une FORTE reconnaissance en soi (et ne venant pas de n'importe qui), validant à la fois l'absence d'erreur scientifique de mon discours et l'intérêt incontournable  que perçoivent les autorités Russes (bien plus que les autorités françaises, même si elles me connaissent très bien...).


Voici comment s'est déroulé l'examen :


Questions papier distribuées aux candidats


Suite des questions papier distribuées aux candidats


Les réponses attendues à ce questionnaire


Correction rédigée de l'épreuve



Et voici le son qu'ont entendu les étudiants ...



Pour complément d'information, voici l'intégralité du TEDX en question ...

dont les organisateurs de l'examen Russe ont fait le "résumé audio"


Story Telling du TEDX en question.

(Merci à Frédéric Bélier, facilitateur graphique)


Frédéric Bélier, que l'on aperçoit dans la loge du théâtre, sur cette photo ...